L’essor de la pêche à la Légine

 

La pêche dans les eaux territoriales des TAAF débute dès le milieu du XXème siècle. La langouste, le colin des Kerguelen ou le poisson des glaces sont les espèces privilégiées à l’époque. Ce n’est qu’au début des années 1990, après plusieurs campagnes d’exploration, que des stocks de légine sont identifiés à Kerguelen et à Crozet et pêchées au chalut puis à la palangre.

Après quelques années d’essais et d’ajustements des techniques et du matériel, les armements réunionnais décident en 2000 de mutualiser leurs efforts et commandent aux chantiers Piriou une série de cinq palangriers adaptés aux conditions très particulières du Grand Sud, dont le Cap Horn I, mis en service pour Cap Bourbon en 2002.

Equipés des dernières innovations techniques, ces navires améliorent le confort et la sécurité des équipages tout en leur permettant de pratiquer une pêche plus responsable.

Réunis depuis 2002 au sein du SARPC (Syndicat des Armements Réunionnais de Palangriers Congélateurs), les armements n’ont depuis eu de cesse de travailler ensemble et avec l’administration des TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises) au développement de cette pêcherie qui connaît un essor considérable. C’est ainsi que l’on retrouve à la Réunion la plus grande concentration de navires de grande pêche en France.